L’ENFER DE VERDUN, Félicien Champsaur

Paru le 25 octobre 2014

(édition établie et présentée par Hugues Béesau et Karine Cnudde)

ISBN : 978-2-917094-13-6
EAN : 9782917094136
100 pages
Prix : 10€

Ce texte est littérairement
splendide
! ” (Alexis Jenni, prix Goncourt 2011 pour L’Art français de la guerre)

Novembre 1916 : Félicien Champsaur, écrivain, poète, dramaturge et journaliste se rend sur le champ de bataille de Verdun. Il livrera de cette expérience, peu de temps après, “L’Assassin innombrable”, un ouvrage initialement paru en 1917, dans lequel il produira une incroyable préface intitulée “L’Enfer de Verdun”, dont le ton et la forme ne ressemblent en rien à ce qui a pu s’écrire à l’époque au sujet de cet épisode traumatique de la Grande Guerre.
La republication de ce texte par Le Vampire Actif est accompagnée d’un avant-propos qui recontextualise les conditions de rédaction de cet étonnant écrit.

« La boue, pesante aux souliers, entrave, alourdit la marche. Voici des soldats, chargés de leurs fusils, de leurs sacs, de tout leur « fourbi » de guerre, qui reviennent des tranchées de première ligne, avec de la fange jusqu’au casque ; ils marchent en file indienne, crottés, terreux, résignés, fatidiques. Quelques-uns s’appuient sur des gourdins. Le paysage devient, de plus en plus invraisemblable et poignant ; les arbres blessés ne sont plus que des échalas déchiquetés, et nous allons à travers ces bois, où tout le feutrage d’herbes et de plantes fut anéanti par un déluge de fer. Sommes-nous dans le ravin de la Poudrière ? Je ne sais pas. « Je m’en fous ! » comme dit le lieutenant. Nous suivons une piste étroite où nous enfonçons jusqu’aux genoux, à travers les futaies fracassées, les clairières disparues. Ces squelettes de bois dévastés, dans leur âme forestière, obscure et collective, se souviennent-ils d’avoir eu des feuilles ? Les ormes, les noyers, les cormiers, les bouleaux, les noisetiers ne sont plus, et, dans le cauchemar de brume où la canonnade gronde, j’évoque les bourgeons d’antan épanouis, les feuilles vertes, la profusion infinie des émeraudes du printemps, les oiseaux qui s’égosillaient parmi les ramures, les violettes dans l’herbe, les fleurettes du renouveau. Quelque part, dans un trou de marmite, une hamadryade épouvantée survit peut-être, pleure, cherchant parmi les cadavres d’arbres, des moignons lamentables, le témoignage de la forêt d’autrefois. »

Pour accéder à la page Facebook du livre, cliquer.

Lire la critique sur le blog Un Livre une fenêtre ici
Lire les retours critiques sur Libfly ici
Lire la critique de L’Epistoléro sur son blog Mediapart ici
Écouter la chronique du 21/11/2014 de Nikola Delescluse sur le blog de son émission Paludes (Radio Campus Lille)
Lire la critique de Eric Dussert sur L’Alamblog, ici.
Lire la critique de Penvins sur Exigence Littérature ici
Écouter la chronique de Didier Rougeyron sur Radio Lyon 1ère dans son émission Quartier Livres
Lire la chronique de Sylvain Métafiot sur Le Gazettarium
Lire la critique d’Eric Vernassière sur le blog L’Express Les 8 Plumes

 

Commander le livre (frais de port en sus) en cliquant sur le bouton suivant :

http://www.vampireactif.com/wp-content/uploads/2013/01/Bouton-paypal1.gif

Le commentaires sont fermés.